Installation d’une antenne relais

Pour densifier ou augmenter la couverture de son réseau mobile, un opérateur est sans cesse à la recherche de points hauts où installer ses antennes. L’installation d’une antenne relais est soumise à une multitudes d’autorisations et déclarations administratives : déclaration préalable en mairie pour des pylônes de plus de 12 mètres, l’accord des architectes des bâtiments de France si l’installation est à proximité de monuments classés, la déclaration des technologies émises auprès de l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences).

En terme de support, on peut isoler deux grandes familles d’antenne relais. Dans le cœur des grandes villes, on trouve les terrasses d’immeubles prises d’assaut par les opérateurs. Ces supports permettent de limiter les coûts en terme de travaux, mais aussi, de faciliter l’intégration paysagère (fausse cheminée, radôme, etc). En périphérie et dans les campagnes, on retrouve en majorité de s pylônes existant ou à construire. Le coût, pour l’opérateur qui construit le support, est plus important qu’une terrasse. Néanmoins, si un opérateur tiers souhaite s’installer, il récupéra un loyer en dédommagement.

Nous avons eu la chance de pouvoir suivre plusieurs installations d’antenne relais et avons choisi de vous illustrer les différentes étapes du chantier au travers d’un reportage photos.

Tout d’abord, le chantier commence par la création de solides fondations en béton consolidée par un ferraillage dense. La fondation va devoir supporter un pylône de plusieurs tonnes qui lui même doit résister aux intempéries selon des normes strictes. Le système de fixation du pylône est directement ancré dans la dalle béton. La dalle visible sur les photos ci-dessous supporte actuellement un pylône type treillis de 30 mètres de haut dans le Nord de la France.

Avant de couler le béton, l’ensemble des fourreaux sont passés pour permettre aux équipements de télécommunication présents sur la dalle, d’être reliés en énergie et en fibre optique/cuivre. Orange (si une liaison filaire est demandée par l’opérateur) et ERDF sont chargés d’amener leurs réseaux jusqu’en limite de propriété.


Après plusieurs semaines de séchage, le pylône peut être poser sur la dalle. Le levage du pylône est l’étape la plus impressionnante du chantier. En fonction de sa hauteur, le pylône est livré en convoi exceptionnel en un seul ou plusieurs morceaux. Une grue est utilisée pour lever le pylône et l’amener sur sa future emprise. Il est ensuite est solidement boulonné sur la fixation qui est ancrée dans la dalle.


Vous pouvez observer sur les photos que les antennes sont déjà fixées sur l’extrémité du pylône. Les câbles (appelés feeders) sont également installés : ils permettent de transporter le signal radio jusqu’aux antennes. La pose de ce matériel est plus contraignante lorsque le pylône est déjà en position verticale. L’antenne relais pourra ensuite être mise en service lorsque les équipements de télécommunication générant le signal radio seront installés.